THEMATIQUE// VOIR AILLEURS

 LES FILMS

NOSTALGIE DE LA LUMIERE

De Patrizio Guzman (2010, 90', Fr./Chili). Au Chili, les astronomes venus du monde entier se rassemblent dans le désert d’Atacama pour observer les étoiles. C’est aussi le lieu où la sécheresse du sol conserve les restes humains : ceux des momies, des explorateurs et des mineurs. Mais aussi, ceux des prisonniers politiques tués sous la dictature de Pinoche.

CLASSIFIED PEOPLE

De Yolande Zauberman (1987, 60', Fr/Afrique du Sud). Tourné clandestinement dans l'Afrique du Sud de l'Apartheid, ce film suit un homme qui se "croyait" blanc et se retrouve "classé" métis. Avec sa femme, noire, ils racontent, avec humour et complicité, leur histoire dans un pays qui niait les droits de l'homme.

En présence de la réalisatrice

HORENDI

De Jean Rouch (1972, 72', Fr.). A Niamey, pendant 7 jours, se déroule le "Horendi", rituel au cours duquel se recrutent les "chevaux des génies" (danseurs de possession). Deux jeunes femmes malades sont alors initiés. Un film rare dans la lignée du "ciné-transe" inventé par Rouch.

ENCONTROS

de Pierre Marie Goulet (2006, 105', Fr./Portugal). 1957. Un groupe de paysans de l'Alentejo portugais, est enregistré par le poète António Reis. 1959, le Corse Michel Giacometti commence une collecte de 30 ans de la musique traditionnelle portugaise. Allers-retours entre la Corse et
le Portugal.

UN OCTOBRE A MADRID

De Marcel Hanoun (1967, 70',Fr.). Etabli dans la capitale espagnole pour réaliser un documentaire, Hanoun ébauche, sous nos yeux, les diverses étapes d’un film en gestation. L’auteur transforme ses doutes, et les conditions difficiles de travail, en maté́riaux constitutifs de l’oeuvre. Un des premiers films-essais du cinéma français.

OUT OF THE PRESENT

De Andrei Ujica (1996, 95', All./Fr/Russie). En mai 1991, les cosmonautes soviétiques de la mission Ozon sont envoyés sur la station orbitale MIR. Tandis que le commandant revient sur terre à la date fixée, c'est à dire cinq mois plus tard, Krikalev, contraint par les circonstances politiques, passe près de dix mois à bord. Parti de l'URSS, il revient en Russie.

RIVER RITES

De Ben Russell (2011, 11', Etats Unis).Filmés en une seule prise sur un fleuve sacré du Haut Suriname, le quotidien secret d'un animiste saramaccain nous est révélé pendant que le temps lui-même se défait.

JAURES

De Vincent Dieutre (2012, 83', Fr). Depuis la fenêtre de l'appartement de son amant Simon, Vincent Dieutre découvre le quotidien d'un camp de réfugiés afghans. Avec son amie Eva Truffaut, il commente ces images qui bouleversent leur univers parisien.

En présence du réalisateur

THE DEVIL

De Jean-Gabriel Périot (2012, 7', Fr.) Sept minutes d'images d'archives sur les Black Panthers, sur fond de musique post-punk. Une pure injection d'énergie politique, sans commentaire, sur les jeunes leaders du mouvement afro-américain né en 1966 en Californie.

LUMIERE, LE CINEMA A VAPEUR

De André S.Labarthe (1995, 52', Fr). Pour le centenaire du cinéma, «inventé» le 19 mars 1895, André S. Labarthe avait sélectionné soixante films réalisés par Louis Lumière et ses opérateurs. Où l'on retrouve l'émotion des premiers temps du cinéma.

En présence du réalisateur

LES MAITRES FOUS

De Jean Rouch (1956, 28', Fr./Ghana). Le film met en scène, comme jamais on ne l'a vu, les rites de possession au Niger, dans la secte des Haoukas. Rouch y invente la "ciné-transe", une manière de filmer caméra à l'épaule en participant aux événements filmés. Un film qui suscita la controverse chez ses collègues ethnologues.

LE THE OU L'ELECTRCITE ?

De Jérôme Le Maire (2011,
80', Belg.). L'histoire épique de l'arrivée de l'électricité dans un village du Haut Atlas marocain. Durant trois ans, le réalisateur a filmé ce lent désenclavage, la découverte par les habitants du confort moderne:émerveillement devant l'ampoule et perplexité devant l'écran de télé.

TRIPPS #7 BADLANDS

De Ben Russell (2010, 10', Etats Unis). Le film retrace, par une longue prise de vue intime, la défonce d'une jeune femme sous LSD dans le parc national Badlands, puis finit par transformer les paysages désertiques en une abstraction formelle et psychédélique.

VOL SPECIAL

De Fernand Melgar (2012, 104', Suisse). Centre de détention administrative de Frambois, à Genève. Durant 9 mois, le réalisateur a suivi les demandeurs d'asile en Suisse et le personnel encadrant. Derrière la façade policée, voire "humaine", règne la violence des humiliantes procédures d'expulsion.

APPUNTI PER UN FILM SULL'INDIA

De Pier Paolo Pasolini (1968, 34', Ital.). « Je ne suis pas ici pour faire un documentaire ou un reportage sur l'Inde mais un film sur un film sur l'Inde. » Un pays qui offrait à Pasolini un laboratoire idéal pour construire et éprouver ses réflexions sur le passé et la révolution.

MAKWAYELA

De Jean Rouch (1977, 17', Fr./Mozambique). A Maputo au Mozambique, tous les matins, les ouvriers chantent et dansent dans la cour de l'usine. Ils chantent en fanakalo, langue secrète inventée à l’époque où ces travailleurs étaient engagés dans les mines d’or d’Afrique du sud. Et célèbrent là la nouvelle république indépendante du Mozambique.

BLACK AND WHITE TRIPPS #3

De Ben Russell (2007, 12', Etats Unis). Le troisième volet d'une série qui traite des phénomènes psychédéliques produits de manière naturelle. Tourné pendant une performance du groupe de noise-rock Lightning Bolt, originaire de Rhode Island.

LE MURA DI SANA'A

De Pier Paolo Pasolini (1971-1974, 13', Ital.). Dans ce documentaire sur la capitale du Yémen, Pasolini dénonce la disparition d'un patrimoine artistique sur le point d'être détruit par la spéculation immobilière. «Les problèmes de Sana'a, dit-il, je les ressentais comme les miens propres. »

LES ECLATS ( MA GUEULE MA REVOLTE MON NOM )

de Sylvain George (2012, 84', Fr).
Une cartographie de la violence infligée aux personnes migrantes, de la répétition de la geste coloniale, et du caractère inacceptable du “monde comme il va”. Un travail allie recherche formelle et engagement militant.

MBEKK MI

De Sophie Bachelier (2012, 54', Fr.). Les émigrés sénégalais laissent derrière eux des êtres chers. Des épouses. Des mères. Ce sont leurs voix singulières que l’on entend là. Dans l'intimité d’un face à face dépouillé, elles livrent une parole bouleversante de retenue.

FOCUS VARDA AMERICA

A la fin des années soixante, Agnès Varda la glaneuse a su cueillir avec humour et sensibilité la vitalité politique et artistique des Amériques en lutte

BLACK PANTHERS

D'Agnès Varda (1968, 28', Fr.). En été 68, les Black Panthers d’Oakland ont organisé des rallies d’information sur le procès d’un de leurs leaders, Huey Newton. Il s'agissait de mobiliser les consciences noires à l’occasion de ce procès politique.

ONCLE YANKO

 d'Agnès Varda (1958, 22', Fr.). Portrait du peintre grec Jean Varda, oncle de la cinéaste. Dans les faubourgs de San Francisco, centre intellectuel et coeur de la bohème, il navigue à la voile latine et peint des villes célestes byzantines.

SALUT LES CUBAINS !

D'Agnès Varda (1964, 30', Fr.). Invitée par l’institut de cinéma cubain, Agnès Varda ramène de l'île mille huit cents photos en noir et blanc. Elle en fait un documentaire didactique et divertissant. Fidel et des musiciens, socialisme et cha-cha-cha.

FOCUS PROCHE-ORIENT

Filmer tout en résistant à l'occupant, au dictateur, au diktat de la tradition... c'est le quotidien de nombre de cinéastes au Proche-Orient depuis des décennies. En voici quelques fragments vifs.

DELUGE AU PAYS DU BAAS

De Omar Amiralay (2003, 46', Syr.).

Autour du "Lac Assad" s'étend un pays : la Syrie de Hafez el-Assad. Un village, ses habitants, et jusqu'à son point d'eau, portent tous le même nom "El Machi". Ce village est à l'image d'un pays que le parti Baas façonne depuis quarante ans, sans partage.

DETAIL

De Avi Moghrabi (2004, 13', Israël). Fait divers ordinaire dans les territoires occupés. Une famille palestinienne veut se rendre à l'hôpital : un blindé israélien l'empêche de passer. Entre la masse aveugle du blindé et les silhouettes fragiles des hommes, la caméra de Moghrabi...

KURDISH LOVER

De Clarisse Hahn (2012, 98', Fr.). Clarisse Hahn découvre d'un coup sa belle famille et le Kurdistan, une zone sinistrée, immobilisée par la guerre et la misère économique. Elle filme un quotidien où le paganisme régit le rapport aux choses et à la vie, le magique se mêlant au trivial. Le drôle et le crû.

FIVE BROCKEN CAMERAS

De Ernad Burnat & Guy Davidi (2012, 90', Israel/Palest/Fr.).  Dans son village, Bil’in en Cisjordanie, où s’érige le « mur de séparation », Emad n’a cessé de filmer depuis la naissance de son fils. Ses cinq caméras cassées l’une après l’autre livrent la chronique quotidienne d'un territoire en résistance contre l'occupation israëlienne.

LE PLAT DES SARDINES

De Omar Amiralay (1997, 17', Syr.). « La première fois que j'ai entendu parler d'Israël, c'était à Beyrouth, et à propos d'un plat de sardines. J'avais 6 ans, Israël avait 2 ans. » Le plat de sardines trônait sur la table de la tante du cinéaste, à Beyrouth...

SOPRALLUOGHI IN PALESTINA

De Pier Paolo Pasolini (1963, 55', Ital.). Le premier film-essai de Pasolini: une démarche unique dans l'histoire du cinéma, le film carnet de notes. Parti sur les traces du Christ, le cinéaste cherche dans les lieux et les habitants la confirmation du fait historique.

LA VIERGE, LES COPTES ET MOI

De Namir Abdel Messeeh (2012, 91', Fr/Quatar/Egypt). Namir part en Égypte, son pays d'origine, faire un film sur les apparitions miraculeuses de la Vierge au sein de la communauté copte chrétienne. Très vite l'enquête lui sert de prétexte pour revoir sa fa636214mille, et pour impliquer tout le village dans une rocambolesque mise en scène…

WOULD YOU HAVE SEW WITH AN ARAB ?

De Yolande Zauberman et Selim Nassib (2012, 85', Fr/Israel). La cinéaste a écumé les clubs de Tel-Aviv en posant la même question: feriez-vous l'amour avec un Arabe? ou sa variante, adressée aux Arabes israéliens : feriezvous

l'amour avec un Juif ? En déplaçant le conflit sur la carte du désir, la documentariste nous amène à interroger nos peurs, nos tabous.

 

En présence des réalisateurs.