THÉMATIQUE// LE VILLAGE ET LE MONDE

C’est sur cette problématique terriblement actuelle du hiatus entre « le village et le monde » que s’est articulée cette deuxième édition de Corsica.Doc. Comme pour la précédente édition, des films contemporains et ceux exhumés du patrimoine cinématographique composaient ce programme. Une trentaine de films en tous genres et tous formats qui décryptent, chacun à sa manière, cette déflagration de l’espace de vie des hommes, un phénomène moderne dont la « mondialisation » mais aussi la « désertification des campagnes » ou « le rapport Nord-Sud » sont les aspects les plus nommés, si ce n’est les plus visibles.

PROGRAMMATION

CINQ AVANT-PREMIERES !

Ce cher mois d’août un film franco-portugais de Miguel Gomes en ouverture du festival. En présence du réalisateur

- Gros plan sur la jeune cinéaste géorgienne, Nino Kirtadze, avec la présentation de trois de ses films, dont son dernier documentaire, Le village des fous, en avant-première le 13 septembre. En présence de la réalisatrice.

 

- Les Braves. Premier opus d’une série du cinéaste Alain Cavalier.

 

-Puisque nous sommes nés, le troisième film de Jean-Pierre Duret et Andrea Santana, sélectionné au dernier festival de Cannes. En présence des réalisateurs.

 

- Koto corse, le deuxième film et premier documentaire d’un remarquable chef monteur de cinéma, Yann Dedet, tourné en Corse. En présence du réalisateur.

Des films contemporains

De jeunes (et grands) cinéastes déclinent notre thème sous les angles ethnographique, écologique, touristique, politique. Entre autres films remarquables : Le goût du Koumiz de Xavier Christiaens, Eux et moi de Stéphane Breton, Eclairs d’été de Nicos Ligouris, Le jour du pain de Sergueï Dvortsevoy, Les Hommes d’Ariane Michel, Pour un seul de mes deux yeux de Avi Mograbi, No London today de Delphine Deloget…

Des films du patrimoine

- Mosso Mosso de Jean-André Fieschi (en sa présence), Notre siècle de Artavazd Pelechian, Tabu de F.W. Murnau, Bergers d’Orgosolo et Bandits d’Orgosolo de Vittorio de Seta, Genèse d’un repas de Luc Moullet (en sa présence)…

CARTE BLANCHE

AU FID DE MARSEILLE

 

Après le Cinéma du Réel en 2007, c’est au Festival International du Documentaire de Marseille que nous avons offert une « Carte Blanche » pour cette deuxième édition 2008. Quatre films au programme : Emerald de Apichatpong Weerasethakul (Thaïlande), Lettre à la prison de Marc Scialom (France), Au loin des villages de Olivier Zuchuat (France) , Iraqi Short Films de Mauro Andrizzi (Argentine)

RENCONTRES

Corsica.doc, ce sont aussi des rencontres entre les cinéastes et le public, et des rencontres « professionnelles ».

 

Les rencontres avec les cinéastes invités à présenter leurs films à Ajaccio :

 

Miguel Gomes, Luc Moullet, Jean-André Fieschi, Nino Kirtadze, Jean-Pierre Duret, Andrea Santana, Yann Dedet, etc.

 

- La présentation des films a été assurée par les organisateurs de Corsica.Doc, mais aussi par de fins connaisseurs du cinéma: Marie-Pierre Duhamel-Müller (membre du comité de Sélection de la Mostra de Venise), Jean-André Fieschi (écrivain, cinéaste), Michèle Soulignac (directrice de Périphérie), Jean-Pierre Rehm (directeur du FID Marseille).

 

- Un rendez-vous professionnel sur l’exploitation des salles de cinéma en Corse, avec Claude-Eric Poiroux (responsable d’Europa Cinémas) a réuni de nombreux acteurs du secteur en Corse.

 

LA COMPÉTITION NOUVEAUX TALENTS

La première compétition entre des premiers films documentaires de production française a réuni plus de 110 candidats. Deux jurys ont, chacun, attribué un prix aux films sélectionnés. Un jury « Corsica.Doc » composé de cinq professionnels : Président : Luc Moullet, cinéaste. Marie Balducchi (productrice à Agatfilms). Anne Alessandri (responsable du Fonds Régional d’Art Contemporain de Corse). Jean Pierre Savelli (graphiste). Laure Salama (dramaturge, actrice).

 

Un jury « jeune public » composé de cinq lycéens et étudiants corses.

 

C’est le film Barcelone ou la mort de Idrissa Guiro qui a remporté le prix

«Corsica.Doc» et le film Stolen Art de Simon Backès qui a remporté le prix « jeune public ».

ATELIER SCOLAIRE

Deux matinées ont été consacrées à un atelier scolaire préparé en amont depuis plusieurs mois avec des enseignants des lycées ajacciens. Deux classes du lycée Laetitia d’Ajaccio ont participé à ces ateliers d’initiation à l’image documentaire et au montage. Ils furent animés comme l’an dernier par Michèle Soulignac, directrice de l’association Périphérie.