CYCLE DE FILMS D'ACTION ... POLITIQUE

 

UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE 

 

Des films activistes, des films d'action politiques et populaires pour se restaurer un moral en berne par les temps qui courent… Un certain pan du cinéma documentaire d’aujourd’hui pour susciter de féconds débats citoyens.

 

 

Après "Le Corbeau, la cigale et les poulets", après "Comme des lions", deux autres films nécessaires: "La sociale" et "Food coop".

 

VENDREDI 28 AVRIL A 18H30 AU CSJC D'AJACCIO

Chemin de la Sposata (Ajaccio)

 

LA SOCIALE de Gilles Perret (2016, 84'). 

 

En racontant l’étonnante histoire de la Sécu, "La Sociale" rend justice à ses héros oubliés, mais aussi à une utopie toujours en marche, et dont bénéficient 66 millions de Français.

Un pavé dans la mare de ceux qui rêvent de vider la Sécurité Sociale de son esprit de solidarité et d'égalité. 

 

Tarif : 6€. Ajaccio culture/corsica.doc : 5€. Chômeur, - de 25 ans et RSA : 4€. Séance suivie d'un débat autour d'un verre.  

 

 

 

VENDREDI 5 MAI A 18H30 AU CSJC D'AJACCIO

Chemin de la Sposata (Ajaccio)

 

FOOD COOP de Tom Boothe (2017, 

 

L’expérience du supermarché autogéré Park Slope Food Coop à New York, créé en 1973. Une coopérative alimentaire, un supermarché autogéré où 16 000 membres travaillent 3 heures par mois pour avoir le droit d’y acheter les meilleurs produits aux prix les moins chers. Une formidable expérience que le réalisateur a réitéré à Paris avec La Louve depuis novembre 2016.

 

 

Tarif : 6€. Ajaccio culture/corsica.doc : 5€. Chômeur, - de 25 ans et RSA : 4€. Séance suivie d'un débat autour d'un verre. Renseignements: 06 13 21 39 87

UN PAESE DI CALABRIA en avant-première Vendredi 20 janvier 2017 à l’Ellipse cinéma

En 1998, Riace, en Calabre, a accueilli des centaines de réfugiés kurdes, réhabilitant le village touché par la désertification. Les prochaines élections vont-elles détruire ce bel exemple citoyen ?

20h30 : UN PAESE DI CALABRIA

de Catherine Catella et Shu Aiello

(90’, Fr/Ital, VOstf)

Comme tant d'autres villages subissant l'exode rural, Riace, petit village situé à l'extrême sud de l’Italie, s'éteignait peu à peu... Mais en 1998, un bateau transportant 300 Kurdes échoue sur ses plages. L’action spontanée de ses habitants, qui décident d’accueillir les migrants en réhabilitant les maisons abandonnées, modifiera profondément son avenir. Aujourd'hui Riace est considéré comme le village modèle d'accueil, par le projet Citta Futura. Mais l’heure est aux élections, et l’opposition (aidée par la mafia) veut se débarrasser du maire (de gauche). Les habitants vont-ils pouvoir défendre ce qu’ils ont courageusement reconstruit ?

 

En présence de la réalisatrice Catherine Catella

 

 

Un buffet permettra de se restaurer et de discuter à l’issue de la séance.

 

 

Billetterie Ellipse cinéma. Tarif plein: 6€.

REPRISE CORSICA.DOC # 10  A LA CINEMATHEQUE DE CORSE LE 7 AVRIL 2017

Comme chaque année, la Cinémathèque de Corse reprend une partie du programme du festival CORSICA.DOC. Quatre films de la compétition et de la sélection "Musique!" 2016 seront programmés le 7 avril 2017 en après-midi et en soirée à Porto-Vecchio.

 

Vendredi 7 avril 2017 14h30

PARQUE LENIN

de I. Leemans & C. Mignon

France/Cuba, 2015, 1h15'

Antoin, Yesuan et Karla sont frères et soeurs. Antoin part à l’autre bout du monde réaliser son rêve : il sera chanteur lyrique. Yesuan et Karla, eux, restent à Cuba. Dans une magnifique chorégraphie triangulaire, Itziar Leemans et Carlos Mignon dressent un portrait de ces trois personnages, dignes d’une fiction intimiste.

Les codes du documentaire s’effacent, les frontières n’existent plus. Il est des personnages de fiction aussi vrais que des personnage réels. Il est des personnages réels aussi purs que des personnages de fiction. Avec Parque Lenin, Itziar Leemans et Carlos Mignon transcendent le genre du documentaire en nous plongeant dans le quo- tidien d’une fratrie, séparée brutalement comme le sont tant de familles lorsque l’un de leurs membres cherche à atteindre son rêve, ailleurs. 

 

Vendredi 7 avril 16h30

Madame B

de Jero Yun

France, Corée du Sud • Documentaire • 2016 • 1h11

Alors qu’elle quitte clandestinement la Corée du Nord, Madame B est vendue de force à un paysan chinois par ses passeurs. Pour gagner sa vie en Chine et aider les siens restés en Corée du Nord, elle devient elle-même passeuse, trafiquante.

Elle réussit à faire passer sa famille en Corée du Sud et se lance à son tour avec un groupe de clandestins pour enfin vivre auprès de ses enfants... A l’image de ce début déboussolant, le film ne cessera de mettre à mal nos certitudes, de nous amener là où l’on ne s’y attend pas.

C’est dans ce maelström géopolitique entre la Corée du Nord, la Chine et la Corée du Sud, qu’il nous installe pour nous parler de liens humains, de liberté, d’amour.

 

 

Vendredi 7 avril 18h00

Plastic & Glass

de Tessa Joosse

Grande-Bretagne, 2009, 9'

Une usine de recyclage dans le Nord de la France. Les ouvriers se regroupent pour chanter en choeur, et même les camions les rejoignent, forment un ballet. Du fonctionnement des machines prodigieuses jusqu’au travail manuel de triage, le film montre le processus de recyclage et le bruit qui accompagne le travail devient une cadence, le son de l’usine un rythme constant... 

Vendredi 7 avril 18h00

 

Bienvenue la chance

de Gaspard Hirschi & Emmanuel Lautréamont

France,2016 ,1h23'

Prix Corsica.doc / Via Stella 2016

Un turfiste abonné à la défaite décide de jouer son va-tout en achetant son propre cheval de course. Un ami dépressif se propose pour l’ac- compagner dans cette aventure de la dernière chance tandis qu’un coursier moustachu ne tarde pas à dénicher la perle rare. Comme on l’aurait parié, rien ne va se passer comme prévu. La vie, c’est pas du Monopoly. Les comédies documentaires sont rares, ce film en est une, mais une comédie qui vire amère évidemment. Les deux réalisateurs suivent nos pieds nickelés au plus près de leurs errances burlesques et existentielles. A l’ombre protectrice et sulfureuse de Charles Bukowski... 

Vendredi 7 avril 20h30

 

Let’s get lost

de Bruce Weber

Etats-Unis,1988, 2h

avec : Chet Baker, William Claxton, Flea

Pendant les noires années d’une lente descente aux enfers dont il signa la fin, au mois de mai 1988, en passant par la fenêtre d’un hôtel miteux d’Amsterdam, Chet Baker n’est jamais parvenu à ruiner son image de jeune prince d’un éternel été. Au pays d’Elvis et de James Dean, l’apparition de Chet Baker fut un coup de foudre contre lequel le temps ne peut rien. Sa voix et sa musique fredonnaient un romantisme abyssal et sa gueule d’amour était à tomber. (...)

Bruce Weber a accompagné le trompettiste drogué dans la « ballade » poignante et pathétique de ses derniers mois. L’éclat funèbre de cette ballade en fait un film unique sur le mythe du « loser magnifique ». Et les mélodies restent - My funny Valentine, The thrill is gone-... Chet Baker est le plus beau fantôme qui pouvait nous apparaître.

(Laurent Rigoulet)